Question: Est-il autorisé d’utiliser des pesticides sur un alpage à vaches? Réponse: Oui. Cette réponse devrait en surprendre plus d’un. Dans les régions d’estivage suisses, il est en effet autorisé de lutter avec des herbicides contre les plantes non désirées.

Sur les alpages bio, les pesticides sont interdits

Il existe déjà un bon nombre d’alpages bio sur lesquels il n’est recouru à aucun pesticide ni engrais de synthèse, en respect avec le Cahier des charges de Bio Suisse.

Mais de nombreux alpages appartiennent depuis des siècles à plusieurs familles paysannes. Aujourd’hui, il s’agit souvent de paysans bio et de paysans qui n’exploitent pas biologiquement leur ferme. Comme ces conditions de propriété rendent impossible une gestion purement biologique, de nombreuses vaches bio doivent encore être estivées sur des alpages conventionnels.

C’est une des raisons pour lesquelles l’Institut de recherche de l’agriculture biologique (FiBL) s’engage pour que les régions d’estivage soient gérées le plus naturellement possible, à l’instar du projet de conseil DigiPlanAlp. Bio Suisse et le FiBL s’investissent aussi bien au niveau pratique qu’au niveau politique pour que les régions alpines soient libres de pesticides chimiques de synthèse.

Des pesticides sur des alpages suisses? Cela fait hélas partie du quotidien

Avec la Politique agricole 2014-2017, les régions d’estivage sont davantage favorisées que par le passé. Aussi bien l’entreprise agricole de plaine que l’exploitation d’alpage reçoivent une contribution par animal estivé. Il est très probable que de nombreux alpages se retrouveraient sans bétail si ces paiements directs n’étaient plus versés. En contrepartie, on devrait pouvoir espérer le renoncement aux pesticides chimiques de synthèse. Les touristes s’attendent à une nature intacte et de nombreux alpages comportent des captages d’eau de source ou font partie d’un bassin versant élargi.

L’utilisation de produits phytosanitaires dans les régions d’estivage est en fait déjà réglementée à ce jour. Seuls des herbicides précis peuvent être utilisés pour un traitement plante par plante. Avec une autorisation du service cantonal compétent et dans le cadre d’un plan d’assainissement, il est quand même possible de les utiliser pour des traitements de surface. Une mesure que les autorités n’accordent heureusement que rarement.

Dans la pratique, on observe malheureusement régulièrement l’utilisation d’herbicides sur des surfaces aussi bien par des profanes que par des spécialistes. La plus grande propriétaire d’alpages de Suisse (en Suisse centrale) fournit même les herbicides gratuitement à ses locataires et exploitants.

De surcroît, bon nombre des animaux au pâturage, mais aussi des animaux sauvages, mangent les plantes traitées parce qu’il semblerait qu’elles développent un goût attractif en séchant.

Bio Suisse demande une interdiction

Vu la situation, Bio Suisse requiert d’interdire l’utilisation de pesticides dans les régions d’estivage. Cette solution offre une sécurité légale à tous les concernés, décharge les hommes, les animaux et la nature et donne un signal positif au tourisme. Notre voisin et concurrent touristique, l’Autriche, applique aujourd’hui déjà une interdiction générale d’utilisation des herbicides dans les régions d’estivage.

Dans un postulat, la paysanne bio Maya Graf (Les Verts, BL) a demandé en 2017 au Conseil Fédéral d’examiner l’interdiction de l’utilisation de pesticides dans les régions d’estivage et de réviser les ordonnances correspondantes.

Dans sa réponse, le Conseil fédéral a rejeté le postulat se référant à la nécessité de lutter contre les plantes à problème telles que le rumex, le séneçon des Alpes ou encore le vératre commun et si ce travail devait être fait à la main, cela présenterait un défi pour l’ensemble des régions d’estivage en raison des ressources limitées en main-d’œuvre. Le Conseil national a lui aussi rejeté le postulat.

La vulgarisation FiBL le prouve: C’est possible sans

DigiPlanAlp est un projet commun d’Agridea, du FiBL, d’Agroscope et du bureau Alpe sur le thème «Plantes à problème dans les Alpes». Sur mandat de l’Office fédéral de l’agriculture, les connaissances théoriques et pratiques actuelles sur la gestion des plantes problématiques dans les régions d’estivage ont été compilées et numérisées. Les contenus sont diffusés sur le site internet patura-alpina.ch, sous forme de petits films sur youtube et sur l’appli d’Agridea. Le film suivant montre la régulation sans pesticides du séneçon des Alpes.

Liens